Article rédigé par Anne-Flore Laloux de l’agence Flo Events membre de l’Assocem et responsable région située dans la Somme à Amiens.

Photos de Flo Events et Jacques Matéos

Vous avez dit cérémonie laïque ?

 

Une cérémonie laïque qu’est-ce que c’est? C’est une célébration de mariage, dans un cadre dénué de religion et en dehors du cadre législatif. Ouverte à tous, elle est personnalisée en fonction de l’histoire, de la personnalité et de la tonalité que souhaite donner un couple à leur alliance. Cette cérémonie est en complément d’un mariage civil (en mairie).

 

Beaucoup de futurs mariés se posent la question de  »comment gérer le son de leur cérémonie laïque ». Une question légitime car même les officiants professionnels ne procèdent pas tous de la même façon. Différentes possibilités s’offrent aux couples et c’est justement ce que je souhaite aborder aujourd’hui, après concertation avec mes collègues de l’Assocem. Cela a d’ailleurs été un des sujets que nous avons abordé en confcall, afin de savoir comment chacun procède, pour se donner les meilleures astuces et professionnaliser cette partie de notre métier.

Tout dépend déjà de la façon dont chacun procède. Certains couples optent pour une cérémonie réalisée par des proches, tandis que d’autres préfèrent faire appel à un officiant professionnel. C’est la même chose pour la gestion du son.

 

Attention à ne jamais négliger la partie sonore d’une cérémonie. Même si vous avez un texte écrit de façon très professionnel mais que l’on n’entend rien, que c’est saccadé, qu’il y a des larsens*… Cela décrédibilise toute la cérémonie et les invités retiendront seulement que le son n’était pas bon,  qu’ils n’ont rien entendu, ni rien pu suivre. Ceci serait extrêmement décevant d’autant plus que la cérémonie est, pour la majorité des couples, le point central de leur journée mettant en avant leur engagement. C’est pourquoi je vous donne les clefs pour ne pas louper cette partie !

 

 

Pourquoi et comment gérer le son ?

 

  • Prendre un professionnel pour avoir une bonne gestion globale du son et avoir du matériel professionnel

Un DJ assure une prestation de qualité par le matériel qu’il utilise et le réglage du son (les balances). Il fera un test vocal avec l’officiant, prévoira un temps de montage et de démontage en dehors de la présence des convives. Par contre, il faut prévoir un budget supplémentaire pour cette partie, qui peut varier en fonction du nombre de personnes présentes. Certains vont vous offrir cette prestation ; méfiez-vous de cela. Il ne faut pas que le DJ néglige la cérémonie en vous mettant simplement du matériel à disposition. Il faut qu’il soit là, pendant l’intégralité de la cérémonie, et qu’il la prenne au sérieux. De même pour les salles de réception qui prêtent le matériel ; je vous le déconseille, car les mariés n’ont aucun accompagnement ni plan B en cas de soucis. 

Quand vous prenez une wedding planner, il vaut mieux lui laisser le choix du DJ (de même quand elle est votre officiante). Ainsi, le couple est sûr que le feeling passe bien, que les professionnels sont habitués à travailler ensemble, ce qui assure la qualité de la prestation. Au sein de l’Assocem, nous avons tous sans exception eu à faire à des DJ qui n’étaient pas professionnels. Ils minimisaient la cérémonie, oubliaient de prendre les musiques ou ne les arrêtaient pas correctement… D’où l’intérêt de bien briefer le sonorisateur !

 

  • Bien briefer le sonorisateur

Bien expliquer la façon de faire ainsi que le rôle de chacun est primordial. Fournir les textes à la personne qui sonorise afin qu’il puisse voir les moments qui le concerne et devancer ses interventions. Faire un briefing par téléphone, par mail et une répétition juste avant la cérémonie, afin d’être certains que tout le monde soit bien calé. Expliquer les moments ou les personnes parlent en même temps que la musique, quand arrêter les musiques en fin de rituel… Il faut être sûr que la prestation soit en accord avec la manière de travailler de l’officiant, car c’est lui qui centralise tout entre les différents intervenants et les mariés.

 

  • Comment gérer le son du micro ?

Un officiant professionnel est habitué à parler en public et à mettre le micro de la bonne façon ; proche de sa bouche, afin que tout soit audible. Par contre, cela n’est pas forcément le cas des proches du couple qui interviennent et qui parlent de leur attachement envers le couple. Plus l’émotion est forte, plus ils vont baisser le micro ou leur voix va trembler, et donc baisser en volume ; le sonorisateur peut donc moduler le son en fonction de chaque intervenant afin de l’ajuster en direct.

Attention aussi au micro sans fil. Il faut prendre du matériel de qualité qui ne sera pas impacté par toutes les ondes de nos téléphones portables. Elles peuvent interagir et saccader le son. Cela se produit plus avec des micros branchés en Bluetooth. Lors de notre discussion avec les collègues, certaines disaient gérer le son elles-mêmes sur une tablette posée sur le pupitre. Mais la majorité d’entre nous nous faisons accompagner par un Dj, un sonorisateur ou un groupe de musique.

 

  • Quelle prestation musicale choisir ?

La majorité des célébrations sont gérées par le DJ qui continuera la soirée. Ce qui est très pratique pour ne pas multiplier le nombre d’intervenants. Si votre DJ ne fait pas les cérémonies laïques, vous pourrez prendre un sonorisateur ou un groupe de musique (Gospel, musiciens, soliste…). Si vous optez pour un groupe, vous aurez quelque chose de plus vivant. Le côté visuel sera présent aussi donc plus fort, exactement comme si vous étiez à un concert. Vous donnerez une image festive à votre union, qui sera très apprécié de vos convies.

 

  • Quand passer les musiques ?

A certains moments importants de la cérémonie, des morceaux de musiques sont passés pour les mettre en valeur. Comme par exemple lors de l’attente des invités, de l’entrée du cortège, du marié, de la mariée, entre certaines lectures, rituels, alliances, signatures, sortie des invités/mariés….​

Nous pouvons aussi mettre un fond sonore à certains moments pour amplifier l’émotion, notamment pendant l’échange des vœux. Vous n’aurez pas de droit de Sacem à payer car c’est un événement privé (le droit Sacem ne s’applique qu’en cas d’événement payant pour les invités).

 

  • Qui récupère les musiques ?

À nouveau, chacun a sa façon de faire ; cela peut être le DJ, les mariés ou l’officiant. Le principal étant de bien se mettre d’accord dès le début, afin de ne pas avoir d’impair le jour J. Attention aux différentes versions qui existent : cela pourrait contrarier les mariés le jour du mariage si ce n’est pas la bonne version. L’intention, la tonalité, ou l’interprétation peut être différente si c’est une version classique ou plus rock par exemple.

Attention aussi aux paroles des musiques que vous choisissez (quand les morceaux choisis ne sont pas dans votre langue). Si je vous le précise, c’est que j’ai déjà eu le cas d’une mariée qui aimait beaucoup un morceau, qui s’avérait être une situation de séparation. Pas du tout en accord avec ce qu’elle souhaitait faire passer pour sa cérémonie !

Souvent, les officiants professionnels prévoient un plan B ; en plus du DJ, nous prenons aussi les morceaux sur une clef USB ou un ordinateur. Personnellement, en plus des mariés et/ou du DJ qui ont les musiques, je viens à la cérémonie avec une clef USB et mon ordinateur. On n’est jamais trop prudent, surtout si je ne connais pas le sonorisateur !

 

  • Le son se gère-t-il de la même façon partout ?

Non, cela dépend du lieu. Le son doit être géré plus fort en extérieur, car il y a plus d’éléments perturbateurs : le vent, les animaux (quand vous êtes à la campagne), les bruits urbains, la pluie (sous un barnum par exemple)… Vous pouvez aussi être entouré de bâtiment et cela peut faire un effet de résonance pas toujours évident à gérer.

Le nombre de personnes présentes va aussi faire changer ou augmenter les quantités de matériel. Même s’il y a 20 personnes, vous aurez besoin de musiques. Et qui dit musique, dit sono. Pareil si vous êtes plus de 300 personnes, il est inimaginable que tout le monde n’entende pas correctement.

 

 

Voilà un récapitulatif de tout ce qu’il ne faut pas négliger ou oublier quand vous préparez la partie sonore de votre cérémonie laïque. Chacun à sa façon de fonctionner, mais, majoritairement, les mariés font appel à une personne pour prendre en charge la musique et la partie texte de la cérémonie.  J’espère vous avoir aidé grâce à cet article. Si vous avez besoin d’aide pour votre cérémonie laïque, n’hésitez pas à me contacter. Flo Events est aussi une agence de wedding design pour votre décoration et wedding planner pour l’organisation de votre mariage. Vous pouvez nous envoyer un email avec votre demande à contact@floevents.fr.

 

*Larsen :  Le larsen est une action sonore très désagréable. L’effet Larsen est un phénomène physique de rétroaction acoustique involontaire décrit par le physicien danois Søren Larsen. C’est le fameux son que tout le monde redoute, qui s’entend comme une note qui monte dans les aigus et qui fait que tout le monde se bouche les oreilles.